40ème anniversaire de la mission Symphonie – Deutsches Museum, 12/08/2015

JPEGLe Consul général adjoint, Monsieur Pierre Robion, a participé le mercredi 12 août au 40ème anniversaire du lancement des satellites Symphonie, en présence des anciens ingénieurs et techniciens français et allemands qui en sont à l’origine. Cette rencontre s’est tenue au deutsches Museum de Munich, à l’initiative de MM. Schober et Zewen de l’association des « Anciens de Symphonie ».

JPEG - 82.3 ko

Lors de son discours, M. Robion a tenu à rappeler l’origine de ce projet franco-allemand, issu d’une volonté politique conjointe entre les deux pays : quatre années après le traité de l’Elysée de 1963, les gouvernements français et allemands ont souhaité décliner leur coopération dans le domaine spatial en signant une convention intergouvernementale pour la construction et le lancement d’un satellite expérimental de télécommunications.

Est ainsi né le projet « Symphonie », basé sur la coopération scientifique entre la France et l’Allemagne, dont l’aboutissement a eu lieu en décembre 1974 avec le lancement en orbite du premier satellite Symphonie, prouesse technologique qui a inspiré depuis de nombreux autres projets comme celui de la fusée Ariane. Le nom du projet, compréhensible dans les deux langues, traduit bien à lui seul la portée de cette collaboration et l’état d’esprit dans lequel elle s’est déroulée. Cette rencontre amicale a permis de souligner l’importance de la coopération franco-allemande dans le domaine spatial mais également bien au-delà.

C’est également sur ce point, à savoir l’importance des relations franco-bavaroises, qu’a particulièrement insisté M. Martin Grossmann du Ministère d’Etat bavarois de l’Economie, des Médias, de l’Energie et des Technologies, soulignant les nombreux succès scientifiques issus d’une étroite collaboration entre les deux partenaires.

Encore aujourd’hui, la présence française au sein de l’ESO (Observatoire européen austral, organisation internationale basée à Munich, en charge des questions astronomiques) est importante : 15% des employés de l’ESO sont Français, soit 62 compatriotes qui œuvrent actuellement à la coopération spatiale.

JPEG - 42.3 ko
© Pline, Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported license
© Pline, Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported license

POUR EN SAVOIR PLUS

Dernière modification : 13/08/2015

Haut de page