Développer le volontariat international en entreprise en Allemagne [de]

Pour sa 6ème réunion, le 12 octobre 2016, le Conseil Economique de l’Ambassade de France a porté sur le thème du programme V.I.E. (Volontariat International en Entreprise) en Allemagne

Compte tenu de l’intérêt de ce programme pour le développement international des entreprises et la mobilité professionnelle des jeunes, nous souhaitons le développer encore davantage en Allemagne, et sensibiliser tant les entreprises que les jeunes à ses nombreux avantages. Le potentiel de développement est considérable puisque que les 899 V.I.E actuellement en poste en Allemagne, sont répartis parmi seulement 10% des filiales françaises (250), et que 250 offres de poste V.I.E demeurent chroniquement en attente de candidatures, symptôme de la nécessité de mobiliser davantage de candidats.

Des présentations introductives par une entreprise française, implantée en Allemagne et utilisatrice de la formule, et par une V.I.E. ayant récemment terminé sa mission en Allemagne, ont permis d’apporter une vision concrète des opportunités pour les jeunes et pour les entreprises dans l’utilisation de cette formule. Business France a également présenté un bilan et son plan d’action pour promouvoir le V.I.E. en Allemagne. Des échanges très riches entre les participants ont permis d’aboutir à des propositions d’actions concrètes pour développer l’utilisation du V.I.E. en Allemagne.

Concernant la sensibilisation des entreprises, les analyses convergent sur le fait que la formule n’est pas suffisamment connue, en particulier auprès des petites et moyennes entreprises. Un travail de mise en réseau et de communication des différents acteurs auprès de ces entreprises est donc essentiel. De plus il a été proposé de présenter des exemples de concrets de missions V.I.E. et de "business cases" afin de donner plus de visibilité aux entreprises sur les potentialités de ce programme. De façon convergente avec ces témoignages, des "packages" incluant un contrat V.I.E. et d’autres prestations (hébergement, accompagnement commercial, cours de langue) pourraient être proposés. La mise en place de ce type de "packages" permettra aux entreprises d’augmenter l’efficacité du volontaire et de diminuer leur charge administrative associée.

Concernant les candidats potentiels, plusieurs idées ont émergé afin de les mobiliser davantage sur la destination Allemagne. Les triples compétences suivantes sont recherchées : technique/commerciale/linguistique. Les rares jeunes possédant cette triple compétence sont parfois plus intéressés par d’autres opportunités qui s’offrent à eux. Les avis ont divergé sur la maitrise de la langue allemande, certains estimant qu’il s’agit d’une compétence nécessaire pour être envoyé en Allemagne. D’autres au contraire estiment que le critère de la langue n’est pas rédhibitoire et que des solutions peuvent être trouvées sous la forme de cours de langue sur place, voire d’un « sas » linguistique avant de débuter sa mission en Allemagne. Sur le niveau de formation, plusieurs personnes mettent en avant le fait qu’il faut également élargir la cible à des jeunes n’ayant pas de formation d’enseignement supérieur ou ayant suivi des formations de niveaux intermédiaires (Bac + 2). Le niveau de l’indemnité en Allemagne a également été discuté, jugée insuffisante au regard des profils recherchés par certains, mais jugée adaptée par la plupart des participants.

De façon unanime, les participants ont estimé qu’il faut utiliser plus la présence sur internet et les réseaux sociaux pour promouvoir le V.I.E. auprès des jeunes. A cet égard la nomination de jeunes « ambassadeurs » mettant en avant leur expérience aurait un impact fort.

Enfin, il résulte de cette réunion que les partenaires de l’export en Allemagne sont tous mobilisés pour contribuer, en complémentarité avec les actions de Business France, à la promotion de ce programme gagnant / gagnant pour les jeunes et les entreprises. Les institutions impliquées dans l’enseignement (Université franco-allemande, OFAJ) ou la recherche d’emplois (dont Pôle Emploi et Association pour l’emploi des cadres, APEC), qui participaient aussi à cette réunion, seront également associées à ces actions.

Dernière modification : 03/11/2016

Haut de page